Dieu et Allah le savent, je suis plutôt tolérant. Mais il y a dans la culture arabe et son mode de fonctionnement, des choses qui me posent problème. J'ai toujours été heurté par certaines règles de vie  qui ramènent la femme à un état de sous-être. Et ce n'est pas du machisme comme chez nous.
-
LE BURKINI (burka-bikini) en question.
-
Non, ce n'est pas le gag de la semaine. Des plages françaises (et belges ?) ont été envahies récemment par des femmes arabes le corps recouvert d'une tenue bizarroïde. On pourrait en rire, mais beaucoup d'estivants y ont vu une forme de provocation. Ont-ils tort, je ne crois pas. Le fait de se produire en même temps en plusieurs endroits ne saurait être le fruit du hasard. Les maires voudraient interdire cette tenue, on peut les comprendre.
Mais cela est-il juridiquement possible ?
Le problème moral, c'est que l'interdiction condamnerait ces femmes à rester  confinées chez elles. De par la volonté de leur seigneur et maître.
Et le créateur du costume dans tout ca ? Marketing ou obéissant à la demande ? 
-
TOUT FOUT L'CAMP !
-
L'arrivée massive de familles arabes à  Bruxelles doit se situer fin  des années septante. Sans problèmes majeurs. J'ai pu constater boulevard Lemonnier l'installation de nombreux commerces.
Travaillant l'après-midi, je voyais dans les cafés de nombreux clients sirotant le thé. Sans doute étaient-ils en attente d'un travail.
Bof ! Rien à cirer !
Et dire que j'entendais ou lisais des réflexions du genre : "ils prennent le travail des Belges". Comme les Italiens après la guerre qui assumaient des tâches (charbonnages notamment) dont les Belges ne voulaient pas. Pardon, je m'égare.
Prenant le contre-pied, je me faisais coiffer dans un salon marocain. Jusque ma prépension en 1990. A cette époque on vivait encore sereinement en bonne entente. Mais, au fil des années, la situation s'est dégradée. Question d'exigences culturelles: port du foulard à l'école, viande hallal dans les cantines, burka...  Et des problèmes avec les jeunes dans les quartiers. Allah a abandonné les siens. La faute en est aux imams et autres prédicateurs. Quel lavage de cerveau ont subi ces jeunes désaxés ?
Si les attentats sont commandités de l'étranger, les exécutants vivent chez nous depuis de nombreuses années. Merci pour le bon accueil...
Les dirigeants musulmans veulent se dédouaner : "Ce  n'est pas notre islam, notre Coran". Avez-vous déjà vu une marche blanche musulmane après les attentats ?