Dessinez-moi un mouton, demandait le Petit Prince. Quelle serait sa demande aujourd'hui ? Je viens de recevoir un fascicule de l'association Gaia (www.gaia.be).  Il nous livre quelques détails sur la souffrance infligée aux animaux par l'abattage rituel. Nous étions dernièrement dans la période de la fête du sacrifice. Drôle de fête, ceci dit, pour des milliers de moutons. Mais l'abomination de l'abattage sans étourdissement se répète tout au long de l'année. Il ne s'agit pas seulement de petits animaux, mais également de bovins. De par sa masse, l'agonie d'une vache peut durer 12 minutes. L'abattage sans étourdissement est interdit en Belgique. Sous le fallacieux prétexte du respect de la culture de l'autre, cette loi, on s'assied dessus. La maltraitance punissable, on l'oublie.
Gaia le rappelle : chaque année 250.000 animaux (dont une partie destinée à  l'exportation) souffrent le martyre. Et combien de par le monde ? L'association suggère l'endormissement par l'électronarcose. Sans toucher aux fondamentaux de la religion musulmane, cette pratique supprimerait cette souffrance inutile.
m
PAS QUE LA RELIGION MUSULMANE.
m
Gaia  souligne également d'autres formes de mal être animal. Moins traumatisantes peut-être, elles ne sont cependant pas ce qui est le mieux pour l'animal. Pratiques anciennes, il y a le gavage des oies, l'élevage des animaux à fourrure... Mais le sujet principal est l'élevage intensif. Les méga porcheries et surtout, pratique plus importante, les élevages de poulets atteignent des dimensions démentielles. Le permis de bâtir un poulailler de 38.000 poulets d'élevage vient d'être accordé à Marquin. Le voisinage s'est davantage inquiété des nuisances potentielles pour les habitants que de la vie de la volaille. 19 poulets au mètre carré, pas beaucoup d'espace de liberté. Et que devient le code wallon prônant une agriculture à taille humaine ?
PS Désolé pour la différence de taille de caractères dans le 2e paragraphe : une fantaisie de Canalblog !