Des quadruplés à 65 ans : délirant et inconscient.
.

journal

La meilleure et la pire des choses, telle peut être la technique de la procréation assistée. Le problème est que pour assurer le maximum de réussite plusieurs ovules sont implantés. Il y a souvent scrupule à en éliminer. Ceci explique les grossesses multiples qui n'étaient pas le but au départ. Mais si une personne de  65 ans tente l'expérience il s'agit pour moi d'aliénation mentale. C'est pourtant ce qu'a tenté cette Berlinoise déjà mère de 13 enfants et grand-mère 7 fois. Celle-ci s'est rendue en Ukraine pour faire procéder à une fécondation in vitro. Cette grossesse multiple, 4 enfants, aurait pu connaître une issue fatale. L'accouchement par césarienne s'est avérée nécessaire 26 semaines après la conception. Deux des enfants présentaient des problèmes. Pour le petit Dries, un caillot de sang empêchait l'écoulement du liquide cérébral. Quant à la petite Nesta, elle a dû subir une opération intestinale.
Les enfants vont bien et pourront bientôt quitter l'hôpital. Au bout de 3 mois, ce qui prouve le sérieux de leurs problèmes.
Cette affaire a relancé, en Allemagne, le débat sur les grossesses tardives. Ben voyons ! Allez, Angela (Merkel) réveillez-vous !
m
Pas folle la guêpe !
m

martin

Si une personne a des dettes, pas de souci pour le remboursement quand elle est reconnue insolvable. Alors, mieux vaut le rester. C'est ce qu'a compris l'ex-épouse de Marc Dutroux : Michèle Martin. Elle était astreinte à indemniser les familles des victimes du couple diabolique. Héritière de sa mère, le patrimoine est estimé à 200.000 euros, elle a renoncé à son héritage au bénéfice de ses enfants. Ce qui a fait bondir Jan Lambrechts en attente d'indemnisations depuis 20 ans. (!). Il envisage d'attaquer au civil les enfants Dutroux-Martin. Si on peut le comprendre, son intention n'est guère appréciée. "Laissez-les en paix". Paul Marchal a réagi à son tour concernant la non-indemnisation de sa famille. Alors que, dit-il, d'autres familles ont été indemnisées. Mais il n'envisage pas d'action contre les enfants. "Je veux d'abord recevoir des éclaircissements afin de savoir pourquoi nous n'avons rien reçu. J'entreprendrai peut-être par la suite d'autres démarches" a précisé le père d'An.