Comme tout un chacun, je suis titulaire d'un seul patronyme, le paternel.
m
"C'est pô juste, on a oublié ma môman" aurait dit Titeuf.
m
Pourtant, ça aurait été "tof" de porter plusieurs noms comme la noblesse.
Le projet Turtelboom adopté en Commission de la Chambre pourra, dès le vote, satisfaire ceux qui veulent privilégier la mère ou choisir le double patronyme.
En fait, il y a quatre options : le nom du père, de la mère, ou les deux dans un ordre au choix.
m
Bonjour les discussions dans les ménages ! Ceci est valable pour la première génération mais qu'en est-il pour la suivante (et les autres) ? Ceci n'est pas précisé pour l'instant.
m
Dans l'optique de l'égalité des sexes, mot à la mode, certains idéologues ont estimé qu'il était discriminatoire de ne pas attribuer le nom de la mère à ses enfants. Mais soyons sérieux. Dans la plupart des pays européens, depuis des siècles, les enfants se voient attribuer le patronyme paternel. La fonction première du nom est utilitaire. Elle permet de trouver sa place dans la société. Nonobstant, il n'y a aucune intention de discrimination de ce fait. La femme a trop longtemps été considérée comme une personne de second plan. Les temps changent et c'est tant mieux. Si le double patronyme peut être pour certains considéré comme un plus, il y a encore du chemin à parcourir pour une égalité complète entre les sexes. A commencer par l'église catholique qui refuse l'accès à la prêtrise pour les femmes.
m
Le double patronyme peut-il avoir un apport positif ? De prime abord, je n'en vois qu'un : les familles recomposées quand c'est la femme qui aurait une descendance avec deux conjoints. Pour un futur lointain : bonne chance aux  notaires concernant le règlement de problèmes successoraux. Surtout, s'il s'agit de l'héritage d'un oncle, d'une tante, célibataire.