En Belgique, les différents acteurs du clergé : archevêque, Grand Rabbin, Imam et autres fonctions plus modestes, ont le statut de fonctionnaire. C'est à dire qu'ils sont rétribués par l'Etat. Loin de moi l'intention de critiquer le système. Chacun, selon sa philosophie se fera sa religion sur le sujet. La chose m'était connue mais pas au centre de mes préoccupations. Je croyais qu'étaient seuls concernés la religion catholique et le protestantisme (peu important d'ailleurs). Un vent favorable, en l'occurence mon quotidien (l'Avenir), m'a informé de mon erreur. Les temps changent et sont maintenant bénéficiaires 6 religions et une institution laïque. La religion catholique se targue de 2.496 officiants. Les autres n'en disposant que de 262 au total. Les délégués laïques ayant pour leur part 390 membres actifs. La religion catholique a perdu 563 prêtres en 7  ans. Les autres religions progressent de quelques pourcents. A noter que l'Islam, non représenté en 2005, a actuellement 46 délégués subsidiés.
m
Combien touchent-ils ?
m
En ces temps où on a beaucoup évoqué les salaires parfois scandaleusement élevés, la question n'est pas dépourvue d'intérêt. Il serait fastidieux d'énumérer tous les chiffres, alors, limitons-nous à l'essentiel. Les émoluments sont en fonction de la représentativité. La religion catholique est tout naturellement en tête. L'archevêque touche près de 110.000 euros annuels. Les évêques 88.667euros. Les curés devant se contenter de 21.567 euros. Heureusement certains assurent deux paroisses et gagnent ainsi 150 %. Les traitements les plus élevés pour les autres religions oscillent entre 70.000 et 50.000 euros.
Les dépenses fédérales globales s'élèvent à 105 millions annuels soit une augmentation de 14 % depuis 2005.  Ceci malgré la baisse de 18 % des effectifs de la religion catholique.
m
Les dépenses régionales.
m
Il n'y a pas que les salaires. A cela s'ajoutent les dépenses immobilières financées par les différents niveaux de pouvoir pour la bagatelle de 80 millions. Les communes financent l'entretien des églises et pourvoient au logement du curé officiant.
Certains frais sont assumés par les Fabriques d'église qui assurent la logistique. Ces institutions ont été créées par Napoléon Bonaparte et le pape Pie VII. Elles peuvent gérer des biens propres mais peuvent faire appel aux institutions publiques. Mais elles sont sous le contrôle d'autorités de tutelle en l'occurence l'Evêché et les provinces.
Les différents cultes ayant été reconnus à des dates différentes des différences d'application peuvent subsister. Le ministre Furlan veut dépoussiérer un texte de... 1809 traduit dans une loi de 1870. Un boulot d'archéologue. Comme il le dit : si on n'a pas pu évoluer en deux siècles, ce n'est pas en cinq ans que je vais changer les us et mentalités. Que Dieu lui vienne en aide, c'est quand même la moindre des choses.